•  
 
 

RANDONNEE DANS LE PARC NATIONAL DE FORETS - Voyage feminin 2022

La Commission Féminines du Codep 21 a organisé, du 18 au 20 juin, son voyage itinérant féminin annuel dans le Parc National de Forêts, 11ème parc national créé en 2019 et seul parc national situé dans la moitié Nord de la France, à cheval entre Bourgogne et Champagne. Dans la série des Parcs Nationaux, c'est un parc spécialisé où des scientifiques étudient les effets du changement climatique sur les forêts. Le parc héberge et protège également une faune remarquable dont la cigogne noire, emblème des lieux.

Le groupe de participantes comprenait 24 dames venues de 11 clubs de Côte-d'Or (Quetigny, Marsannay, Saulieu,Cyclos Randonneurs Dijonnais, Semur, Varois, Pouilly, Beaune, Venarey, Chevigny, Tandem Club Dijonnais). Trois messieurs faisaient également partie du voyage : Jean-Michel au volant de la camionnette gérant les bagages, les pique-niques et le transport des dames fatiguées, Bernard à vélo pour assurer les réparations et Hervé qui pilotait le tandem de Simone, non-voyante.

Le groupe prend le départ le 18 juin à Selongey, où un café-brioche est offert par le club local. Direction Langres en Haute Marne, localité proche du périmètre du parc, choisie pour ses facilités d'hébergement et pour son intérêt touristique : la ville natale de Diderot, ceinturée de remparts et remplie d'histoire, fera l'objet d'une visite guidée le dernier jour.

 

JOUR 1 : 18 juin - Selongey → Langres via Auberive (97 km – 1367 m de dénivelé)

La canicule annoncée est bien présente et notre première journée est quelque peu difficile à supporter pour certaines. Notre accompagnateur, Jean-Michel, a prévu suffisamment de bouteilles d'eau pour nous éviter la déshydratation. La camionnette n'a pas chômé ce jour-là afin de ramener les dames qui ont eu un "coup de chaud".

Nous traversons le joli village de Montsaugeon, puis, après une montée assez longue (route de la Dhuis), nous marquons une pause à Aujeurres pour y admirer la fontaine de la Peute Bête. L'aire du pique-nique recommandée par la Mairie d'Auberive, située  dans l'enclos à gibier, est atteint après 3 km d'une montée bien raide. Heureusement, Jean-Michel a préparé une jolie table à l’ombre et bien garnie ce qui nous fait chasser la fatigue et la chaleur ! Notre circuit nous conduit ensuite à Perrogney, point culminant de la Haute-Marne puis à notre destination, Langres, par une voie cyclable, bien ombragée.

JOUR 2 : 19 juin - Langres → Langres (55 km – 730 m de dénivelé)

La veille au soir, le groupe s'est accordé à raccourcir le circuit et à ne pédaler que le matin afin d'éviter la surchauffe ! A 7h45 tout le monde est en selle pour un circuit court de 55 km au lieu de 94, ce qui nous prive de la visite d'Arc-en Barrois. Passage sur la digue du lac réservoir de la Mouche dont nous faisons un tour partiel. Après des montées bien raides (730 m de dénivelé en 55 km !), nous sommes au rendez-vous du pique-nique à Jorquenay, au bord du canal près du pont-levis, à l'ombre.

Pour bénéficier d'un après-midi de repos ou en piscine, il nous faut rejoindre Langres par le canal avec une pente finale de Langres à 12%. Place au farniente : à l'hôtel pour certaines, petite bière en terrasse pour d'autres ou visite de Langres pour les plus courageuses.

Au moment de l'apéritif, un quiz a été proposé afin de tester les connaissances sur le Parc National de Forêts et sur la Société SEB dont le siège est à Selongey, notre ville de départ. Les 2 personnes ayant obtenu le plus de points (18/22 pour Simone et 16/22 pourLaurence) ont reçu chacune un petit cadeau. Nous les félicitons.

JOUR 3 : 20 juin - Langres → Selongey (68 km – 730 m de dénivelé)

Après 2 jours caniculaires, la pluie annoncée rafraîchit l'atmosphère. Visite guidée et bâchée de Langres, sous imperméable : des remparts et des tours d'artillerie monumentales, la Tour St-Ferjeux, la Tour de Navarre ; de superbes cours intérieures, des passages ressemblant aux traboules lyonnaises. Le soleil est de retour à 10h, pour une nouvelle visite aux jardins suspendus de Cohons et ses escargots de pierre, suspendus au terme d'une côte de 13 %. Repas tiré du sac au bord du lac de Villegusien, également appelé Lac de la Vingeanne, et retour à la case départ de Selongey à 16 h, où un comité d'accueil nous prend en charge, comme il se doit, avec des boissons fraîches.

En conclusion, ce voyage itinérant restera dans les bons souvenirs malgré de fortes chaleurs. Bonne ambiance et aucun accident à déplorer, juste quelques "coups de chaud" qui ont trouvé remède dans la piscine ou devant une bonne bière.

 Partagez l'article  en copiant ce lien ( clic droit sur le lien et copier)  : partager

  Accès au quiz sur le Parc National de Forêts : QUIZ   Mode d'emploi du quiz en ligne : 1°Dans la zone de texte, renseignez juste les initiales de votre prénom et de votre nom, puis cliquez sur Terminé Répondez ensuite aux 10 questions. Après chaque question, vous saurez si votre réponse est correcte ou non. En fin de questionnaire,  CLIQUEZ  sur menu en haut à droite et déconnectez-vous. Si vous voulez refaire le questionnaire, tapez PNF dans room name et cliquez sur join.

Compte-rendu pdf avec photos à télécharger

 
 

SYNTHESE DU SEJOUR JURA 2022

Le dimanche 5 juin, le centre d’hébergement Haut Jura Sport Formation, situé à Moirans en Montagne, accueillait les 46 participants du Séjour, « Au pays des lacs du Haut Jura ». Dans le groupe de 20 femmes et 26 hommes, composé d’un peu plus de la moitié de Côte d’Oriens, on dénombrait également 4 franciliens, deux ardéchois, 1 nordiste, 2 icaunais, 5 vendéens, 1 Loirétain, 2 Béarnais, 1 Seinomarin, 2 Saône et Loiriens. Après avoir pris connaissance des termes spécifiques au relief jurassien à base de belvédères, cluses, combes, crêts, crêtes ou reculées, souvent présents dans les itinéraires abordés, chacun a pu se positionner sur un des 3 parcours au menu du jour, en fonction de son niveau de forme et de ses centres d’intérêts.

LUNDI 6 JUIN - Au Pont de la Pyle, vélos musculaires et vélos à pile font face dans les côtes de l'Ain.

Au programme des 3 sorties du lundi, il y avait le choix entre deux reculées, celle du creux de la Frasnée ou celle du cirque de Baume les messieurs et la Combe d’Ain. La reculée étant conçue comme un cul de sac, la seule solution pour aller au fond c’est d’avancer. Quant à la combe, dépression longitudinale entourée de crêts et de lignes de crêtes, elle ne pose pas de difficultés lorsqu’il s’agit de l’emprunter dans le sens de la longueur ; en revanche sa traversée en coupe, d’un bord à l’autre, contraint à une descente enchaînée d’une remontée, comme celle qui conduit de Mesnois à Verges qui est loin d’être une voie sur berge. Après cet interlude anatomique et géographique, place aux ouvrages d’art naturels et de la main de l’homme. Selon les parcours sont abordés, la cascade du Dard sur massifs de tuf à la reculée de Baume ; un torrent dans le village de la Frasnée niché dans un bout du monde ; les tunnels et ponts métalliques de l’ancienne voie PLM Champagnole Lons le Saunier aménagée en piste cyclable gravel ; l’extraordinaire musée des machines à nourrir et courir le monde réalisées par Marcel Yerly. Et en guise de décor du premier pique-nique au bord de l’eau, les marmites de Pont de Poitte au saut de la Saisse, éxutoire de l’Ain qui vient se soulager dans le lac de Vouglans. Retour à la case départ, par l’unique ouvrage qui franchit le lac, le pont de la Pyle, où les cyclistes doivent face à la côte du Surchauffant.

MARDI 7 JUIN - Arriver dans la capitale de la pipe sans être à la bourre et sans se casser la pipe.

Cap au sud est pour rejoindre Saint Claude, enclavée, à 450 m, en fond de vallée, et entourée de plusieurs monts qui grattent le ciel entre 900 et 1000 mètres. L’option la plus directe, retenue par un groupe, consiste à rester sur le premier plateau du Jura pour retrouver la vallée de la Bienne après avoir descendu la profonde vallée du Lizon. Les deux autres sous-groupes, par des approches détournées iront chercher les deux lacs du jour en échafaudant leurs parcours sur le second plateau du Jura. Pour ceux qui remontent au nord vers le lac d’Etival d’origine glaciaire, la route est ensuite tracée par la combe de Nanchez séparée de la vallée de la Bienne par une barrière forestière érigée sur un crêt. On se laisse bercer par un paysage paisible de tourbières et de marais, zones humides en creux de la combe ; après avoir touché le fond du berceau, il faut repartir à l’assaut de la muraille verte. Sans être à la bourre, le groupe arrive à la capitale de la pipe. Le groupe du circuit long, après avoir fait un premier passage à Saint Claude, s’envole par la Côte de Chaumont-Haut Crêt ( 18,5 km, 741 m, pente moyenne de 4.83 %) vers les espaces de ski nordique du Haut Jura, touche le plafond de 1100 mètres, puis rallie le lac de Lamoura (1156m), aire de biodiversité. Yann, en bon capitaine, offre un crochet à son groupe au belvédère de la Cernaise (1110 m) : le point de vue est exceptionnel sur Saint-Claude et la cluse du Flumen qui entaille sur une hauteur de 500 m le massif jurassien. L’équipe n’a plus qu’à plonger, en descente continue, vers la ligne de fuite sanclaudienne par les lacets de Septmoncel dont un des virages est coiffé d’un chapeau de gendarme, empreinte permanente d’un pli de terrain. Le groupe enchaîne sur un pique-nique au Parc du Truchet et son kiosque centenaire avant de retrouver toute la troupe, place Jacques Faizant, pour deux visites consécutives. On ne s’arrête pas sur cette place par hasard. D’abord parce que Jacques, dessinateur et caricaturiste, ancien dirigeant de la FFCT et donc cyclotouriste fut élu Premier fumeur, en 1971, par la Confrérie des pipiers de Saint-Claude. Ensuite, parce que cette place est le bon endroit pour stationner nos quarante vélos durant nos visites au musée des automates et à celui de la pipe et du diamant. Pour le retour à Moirans, il faut tout le savoir-faire des 3 capitaines de route, pour ramener leur groupe respectif au point de départ, en proposant un itinéraire différent de l’aller et en se jouant d’un environnement modelé, sculpté. Jean Jacques privilégie un circuit court avec réduction du dénivelé dans un territoire accidenté. Mais pour tous, ce sera un après-midi origami avec alternance de plis vallée et de plis montagne. Oui, dans ce secteur du Jura, c’est loin d’être plat, c’est un paquet de plis.

MERCREDI 8 JUIN - Journée rétropédalage

C'est au musée du jouet que nous rencontrons les seuls cyclistes de la journée ; parmi une collection de plusieurs milliers d’objets vintage ou contemporains, nous croisons un peloton de figurines de coureurs en métal. Toute La matinée fut ainsi une séance de rétropédalage dans l’univers des joujoux. Ce retour en arrière dans le temps, coïncide avec une arrivée de la pluie, en avance, qui déprogramme la randonnée autour du lac de Vouglans prévue l’après-midi. On vous rappelle notre leitmotiv ou ritournelle "Dans un voyage on passe toujours à côté de quelque chose" qui forge l'expérience de tout voyageur. Et c'est parce qu'on a raté quelque chose à un endroit qu'on y revient un jour.

 

JEUDI 9 JUIN - La journée la plus LAC (tée) de la semaine.

Les sorties cyclo du jeudi sont précédées d’un spectacle pour lève-tôt à la fruitière Saint Christophe de Largillay Marsonnay. A 8h30, le maître-fromager nous dévoile non pas des roues mais les secrets de la fabrication du comté, fromage AOC au lait cru et produit emblématique du Jura. Nous assistons au découpage du caillé dans des cuves cuivrées où le lait a été chauffé. Cette opération et les suivantes sont automatisées. Tout est mécanisé dans la ligne de production pour obtenir une meule cylindrique de 45 kg. Dans la halle de conservation et de premier affinage, à basse température, plusieurs centaines de meules se bonifient avec des soins particuliers. Un robot parcourt chaque rangée de 752 meules pour retourner et saler 3 fois par semaine chaque cylindre. On finit sur une dégustation de 3 fromages qui diffèrent par leur durée d’affinage. Cette note finale marque le début de nos 3 randonnées quotidiennes avec un parcours commun pour la fin de matinée jusqu’à la plus grande étendue lacustre du Jura, Chalain, installée à 486 m dans une reculée. Le repas est tiré du sac pour des déjeuners sur l’herbe ou sur des bancs. Les groupes ajustent les parcours du tantôt en fonction de leur soif de points d’eau et de leur forme. Pour les plus gourmands, ce sera un tir groupé de 4 lacs : Narlay, Grand Maclu, Petit Maclu, Ilay avec en bonus le lac de Bonlieu perché à 780 m. Les cascades du Hérisson sont l’autre centre d’intérêt. Le groupe de Jean Jacques a choisi de les aborder par la vallée du Hérisson, baignée par les lacs de Chambly et du Val, vallée qui mène au pied de la reculée face à la septième cascade, dite de l’Eventail haute de 65 m. Quant au groupe de Jacques, il jette son dévolu pour des vues plongeantes de la chute de l’Eventail depuis le belvédère éponyme et sur le lac de Chalain depuis le belvédère de Fontenu (592m). Avec la visite du matin certains disent que la journée du mercredi fut la plus lactée de la semaine.

VENDREDI 10 JUIN - Sur les traces des dinosaures et du Vélociraptor

Ce vendredi nous abordons un secteur à l’opposé de la veille en retrouvant le cours aval de la Bienne à son point de confluence avec l’Ain, au lac de Coiselet. Le meilleur point de vue de cet ensemble hydrographique est certainement le belvédère Sous la Roche, dans la côte de Montcusel (8,64%) qui serait la plus dure montée du massif du Jura selon certains carto-guides (D295 - 4,2 km, 351m). Ça doit être un vrai raidard à la montée car en descente on peut basculer à tombeau ouvert à Chancia avec un seul virage en épingle et deux longues rampes droites. S’il n’y a pas de trajectoire à négocier, il faut maîtriser sa vitesse par dosage du freinage en continu et en alternant l’usage du frein avant et du frein arrière. Le groupe polarisé par les lacs relie Nantua en empruntant une toute nouvelle voie verte, la Voie Douce du Lange, 16 km entre Oyonnax et Nantua, équipée de passerelles en surplomb de zones humides. Avec un seul mot d’ordre pour tous, être à l’heure pour le repas au restaurant Le Pont, les deux autres groupes prennent la direction de Thoirette en suivant le cours de l’Ain. L’un retient l’option rive gauche ombragée par un crêt continu ; le groupe qui a choisi l’option rive droite côté adret se donne pour objectif d’observer le matin des traces de dinosaures au village de Coisia. La routine du pique-nique est abandonnée pour cette journée, car Philippe, notre Chef cantinier, ne nous a pas trouvé de Vélociraptor à déguster ; il a pédalé et a profité, comme tous les autres, d’une spécialité locale : la quenelle de brochet sauce Nantua. Pour le retour à Moirans en Montagne, les rives droite et gauche se partagent les cyclos qui convergent au belvédère du barrage de Vouglans en ordre dispersé avant d’en finir avec la montée de Lect (7,4 km, 386m – 5,24%).

SAMEDI 11 JUIN - Le jour du HAUT NIVEAU

On pourrait résumer par deux mots les parcours du samedi : « Haut niveau ». Orientés totalement à l’est et au nord-est, vers la Haute Chaîne, les circuits du jour 7 ont des passages incontournables sur le second plateau à une altitude comprise entre 800 et 1000 mètres et au-delà. Le groupe de Yann, adepte des parcours longs, a franchi un maximum de 1260 m au Col de Landoz -Neuve, non loin de la frontière franco-Suisse, après avoir roulé le long du plus grand plan d’eau du massif jurassien, le lac de Joux, situé à 1004 m et réalisé une grande boucle de 160 km.

Jean Jacques, fondu des parcours intermédiaires hisse son groupe à 1223 m dans la forêt du Risoux, qu'il connaît par coeur, et déniche le chalet des ministres un refuge pour fondeurs. Auparavant, son équipe de cyclos a abordé le lac des Rousses (1059m), a gravi la montée de Prémanon ( 1155 m, 5,34% 7.7km) et a été accueilli au stade nordique des Tuffes Jason Lamy Chappuis pour le pique-nique de Philippe et pour une photo sur le podium Olympique des Jeux Olympiques de la Jeunesse Lausanne 2020. Au total ça fait un itinéraire de 130 km.

Le groupe de Jacques tutoie son plus haut de la semaine à l'altitude 1000 m dans la combe du Grandvaux qui offre deux points d’intérêts dans une boucle de 80 km : le lac de l’abbaye et le BPF de Château des prés.

Documents à télécharger ou à partager

Mise en ligne prochaine (31 juillet) d'un document à télécharger avec les traces de parcours

Partagez l'article  en copiant ce lien ( clic droit sur le lien et copier)  : partager

Galerie photos

 

 

 

 

 

SéjourS 2022 du codep 21

 

Au pays des lacs du haut jura

Du dimanche 5 juin au dimanche 12 juin, à 910 m d'altitude, la combe du Grandvaux sera le point de départ de vos traversées du Jura tous azimuts. Au menu, du Jura sur plateaux, en tranches et en tranchées, à la rencontre de lacs référence et de lacs oubliés. Chalain, Clairvaux, Vouglans, lacs de la Vallée du Hérisson, un quatre lacs à la suite au pied du Pic de l’Aigle, Saint-Point. Pour ceux qui n’en ont pas leur claque, trois micro-lacs, Ante, Bonlieu, Lamoura. Le lac suisse de Joux sera la pièce d’eau montée du séjour. Cette revue lacustre sera émaillée de visites fantastiques.....Vous serez hébergés à Moirans en Montagne (39) (modification en date du 14 mars 2022 et non plus à Prénovel au village vacances Le Duchet).

Télécharger le descriptif de l'offre de séjour

Formulaire d'inscription au séjour. NB : date limite des inscriptions le 28 février 2022 ou dès épuisement des places disponibles (les inscriptions reçues hors de ces limites seront alors mises en liste d'attente).

En option l'assurance annulation séjour, formulaire à télécharger

 

Autres informations

Dossier revue de lacs 

(mise à jour 1) :  article belvédère des 4 lacs  ; (mise à jour 2) Parc polaire et pays du jouet ; (mise à jour 3) Sensations fortes au lac de Vouglans

(mise à jour 4) Tourbières, lacs et marais  (Mise à jour 5) Tourbières, lacs et marais  (Mise à jour 6) Gorges de l'Ain  Gorges de l'Ain (suite)

(Mise à jour 7) Une fresque éphémère de 4 ans sur le barrage de Vouglans  (Mise à jour 8)  Une voie PLM découpe le Jura en tranchées ouvertes et couvertes

 

Partagez l'article  en copiant ce lien ( clic droit sur le lien et copier)  : partager

 

 
 

 

voyage itinerant feminin 2022

La 6ème édition du Voyage Itinérant Féminin à vélo est prévue les 18, 19 et 20 juin avec un départ de Selongey en direction du Parc National de Forêts, créé en 2019 et situé pour partie en région Bourgogne-Franche-Comté et pour partie en région Grand Est.